Etat Nature n°1 - mois de mai 2011

Lettre de Promotion de la Nature et de ce qui la constitue - n°1 - Mai 2011

spiruline etat nature
Merci de ne pas imprimer pour préserver les arbres et la nature
SOMMAIRE
cliquez sur les liens pour accéder aux articles
alimentation Alimentation
L'Asie en Provence - Les pommes viennent du Kazakhstan
l'eau Eau
Le mouvement originel de l’Eau - L'eau est vivante
Pétition sur l'eau
santé Santé
L'hôpital d'Aix en Provence se met au vert - Semaine du développement durable 4 Avril 2011
habitat Habitat
Habitats et habitants bio et écologiques - Dans notre petit coin...
environnement Environnement
Planter bio en Mai - Fleurs, fruits, plantes aromatiques...
animaux nature Animaux
Association ADADA, les ânes d'Adada au pied des volcans éteints ne sont pas si bêtes
Pétition pour les animaux
art et culture Art et Culture
Le lotus dans l'art indien - Inde Perspectives

Retour à la page d'accueil

rouef CONTACTEZ-NOUS
Textes et images © etatnature.com 2011 reproduction interdite sans autorisation
Pour les curieux et amoureux de l’Inde nous vous recommandons le magazine de l’ambassade inde1de l’inde : « Inde Perspectives »
qui publie de très beaux et instructifs articles sur la culture indienne dont voici un exemple :


Le lotus dans l’art indien
Texte et photo de SUBHASHINI ARYAN
Source Ambassade de l’Inde : Indes perspectives volume 24 Numéro 5/2010

inde2

Le lotus occupe une place particulière parmi tous les motifs décoratifs, les symboles et autres dessins figurant dans l’art et l’architecture indien. Contrairement à l’art occidental où triomphe le réalisme photographique et le naturalisme dans la représentation des formes animales et humaines, l’art indien privilégie les thèmes spirituels et religieux. Chaque objet dépeint dans l’art indien possède une profonde signification symbolique et religieuse.

Parmi les fleurs, le lotus est particulièrement riche en symbole. Cette belle fleur qui pousse dans la boue des marrées symbolise la pureté, ses pétales blancs, bleus (nilotpala), roses ou blancs et roses renvoient à la conception de la pureté de l’esprit. Selon la conception hindouiste du monde, l’être humain à l’image de cette fleur doit apprendre à conserver sa pureté d’esprit en apprenant à se désintéresser d’un monde en prise à la tourmente.

Poussant à la surface de l’eau dévoilant ses pétales et ses feuilles, le lotus témoigne de sa capacité sa substance vitale dans la boue pour s’épanouir. Le lotus épanoui représente le socle d’où s’élève les divinités religieuses hindoues, bouddhistes et jaïnes. Les dieux sont toujours représentés se tenant debout ou assis sur le lotus en pleine floraison (padma pitha) ou sur un lotus à double pétale (mahambuja). L’image possède des connotations hautement symboliques : les divinités sont représentées sous une apparence transcendantale et subtile, le corps spirituel est en apesanteur, dépourvu de toute notion de matérialité. La divinité est souvent représentée avec un pied posé délicatement sur le lotus. Un grand nombre de divinités hindous sont dépeintes ainsi portant une fleur de lotus à la main. Ainsi, le dieu Vishnu préservateur de l’univers porte toujours le padma (lotus) dans une de ses quatre mains. La femme de Vishnu, Lakshmi, la déesse de la prospérité, Parvati, l’épouse du dieu Shiva, Surya le dieu soleil, le Bodhisattva Pamapani, toutes ces divinités tiennent une fleur de lotus dans la main. Par ailleurs, les déesses incarnant des fleuves sacrées comme le fleuve Ganga et Yamuna portent également une fleur de lotus, à tige longue dont la forme épouse les contours de leur corps élégant et qui s’étire en forme de « S ».

Dans les tableaux indiens, miniatures ou fresques, les eaux d’une rivière ou d’un étang sont toujours représentées par l’image des fleurs de lotus et celles de leurs feuilles larges flottants à la surface de l’eau. Cette tradition est très ancienne. Sur les fresques les célèbres grottes Ajanta, l’étang recouvert de fleurs de lotus constitue une image récurrente au cours des siècles et qui perdure jusqu’au début du 20ème siècle. Toutes les tendances artistiques entrant dans la réalisation de tableaux miniatures florissant dans les cours royales indiennes de l’époque, plus particulièrement au Rajasthan et dans l’Himalaya Occidental notamment l’école Pahari, conservent cette tradition de montrer la rive et les étangs remplis de fleurs de lotus. Le dieu Krishna et ses exploits (lila) représentent d’autres thèmes prisés. Dans les tendances artistiques notamment le mouvement pictural Pari de tableaux miniatures, tous les dieux hindous, y compris Krishna, sont représentés portant des couronnes surmontés de fleurs de lotus.

Remontant à la période des fresques d’Ajanta (2ème siècle av JC), les plafonds étaient recouverts de cercles concentriques renfermant une grande variété de motifs et de fleurs de lotus. Chaque image se distingue de l’autre par sa beauté et sa délicatesse. La tradition de tailler une grande rosette de lotus avec des pétales qui s’ouvrent vers l’extérieur et qui se renferment timidement est également très ancienne.
inde3
On peut admirer des plafonds ornés de ces gravures magnifiques un peu partout en Inde, dans les temples monolithique en bois datant du 7ème Siècle et à Chhatrarhi au Chamba et à Masrur dans le district du Kangra. Cette tradition se retrouve un peu partout en Inde.
L’élément principal du plafond Mandapa du célèbre temple Jaïn, réalisé en marbre à Mont Abu au Rajasthan, élevé par Vimala Sha au cours du 11 ème siècle reste un véritable chef d’œuvre. Cette œuvre témoigne du talent ingénieux des artisans sculpteurs qui taillèrent une rosette exquise de fleurs de lotus, qui pend délicatement en filigrane et dont l’image reste longtemps gravée dans la mémoire.

Cette tradition a perduré durant des siècles et des rosettes de lotus décorent de nombreux temples en pierre.

Des panneaux portant des gravures exquises, dépeignant des pétales de lotus traversent les murs extérieurs et intérieurs et ornent les plafonds des temples bâtis en pierre et remontant à la période lithique. On peut également admirer des épisodes tirés de la vie des divinités.


A l’entrée des temples, trône une immense rosette de lotus gravée, recouvrant toute la surface. Les courbes sinueuses du lotus ainsi que les pétales larges de la fleur réhaussent la beauté des lieux embellissant la décoration des portes ainsi que des lampes en pierre et en cuivre, autour des statuettes s’élevant dans les temples les têtes des divinités sont auréolées de huit pétales de lotus. Le chiffre huit possède une signification mystique. Des plantes rampantes, issues de la tige du lotus recouvrent les entrées des temples partout Inde, que ce soit au nord du pays, au Cashmere, à la pointe sud de l’inde à l’est au Gujerat ou à l’ouest en Orissa.

La tradition de graver d’immenses médaillons renfermant des lotus ou des motifs représentant des animaux et des oiseaux, remonte à une époque antérieure à l’avènement du Christianisme. Elle renvoie à la construction des célèbres stupas bouddhistes de Bharhut et de Sanchi. Cette tradition ne se limite pas à l’architecture religieuse. Elle embellit les maisons ordinaires et se retrouve sur les palais des murs et des forteresses.

Lorsque les souverains musulmans et moghols firent élever des palais, les artisans indiens continuèrent de s »inspirer des mêmes motifs. Dans les forteresses rouges d’Agra et de Dehli. De grandes rosettes de lotus réalisées en marbre ornent le sol. Des fontaines d’eau jaillissent du sol pour rafraîchir le palais en période de canicule. Ce motif ne figure pas simplement dans l’architecture religieuse ou laïque. Il se retrouve dans toutes les formes de l’Art. La plupart des broderies ont des mandalas de lotus au centre entourés de nombreux motifs et figures. Les rosette de lotus figurent également sur les textiles imprimés et tissés, sur les gravures en bois et en pierre ainsi que sur les bijoux portés par les femmes. Les artisans puisent leur inspiration dans les rosettes de lotus à multiples pétales. Ce motif se retrouve dans toutes ces formes sublimes à travers tous les arts en Inde.


L’auteur est un célèbre historien d’art.

LIVRES :

* Les numéros d’ « INDE PERSPECTIVES » se demandent dans les ambassades de l’INDE de votre pays, disponibles dans plusieurs langues.

**Voici une belle et bonne adresse pour trouver des ouvrages sur l’Inde, le monde ou encore un regard original sur l’édition nous vous conseillons « Le greffier de Saint Yves » www.legreffierdesaintyves.com rue venture à Marseille.

***A lire :
-La pensée de Gandhi par Camille Drevet : « Du fond de sa prison, il pense à nous, qui, tournés vers l’orient, cherchons en lui la force de ne pas désespérer. Il a pitié de nos tourments. Il aurait pitié de moi s’il me voyait achever ce petit livre plein de lui au bruit des sirènes, des canons et des avions de bombardement. (Paris 7 février 1944).

-Inde, la révolution par les femmes par Dominique Hoeltgen : « Que de belles rencontres avec les centaines de femmes interviewées pour ce livre. Un livre qui se veut pas un livre féministe. Plutôt un regard féminin sur la société. Un voyage en terre indienne, en compagnie d’une minorité de quelque 500 millions de didi, d’aunties, d’amma, de sisters, de behen, de mahila, de mataji, de bua, de shree, d’aurat … »


inde4.jpg (9862 octets)

qui sommes nous ? - partenaires - archives